Mixtape.

L’histoire de l’Auvernier Jazz Festival

Ca commence par la passion pour la musique et pour un lieu magique. L’actuel directeur et fondateur, Jean Martin Peer, désirait créer une nouvelle manifestation consacrée au Jazz dans un cadre privilégié qui mette le public en contact direct avec des artistes de renommée internationale. Un vœu qui se réalise chaque année depuis 2009 sur la plage d’Auvernier grâce une équipe dynamique qui travaille bénévolement pour mettre sur pied 3 jours de festival.

Instagram

Auvernier Jazz Festival/Blog /L’ambiance ON au OFF

L’ambiance ON au OFF

ambiance caveau

L’ambiance ON au OFF

Il est 20h30, le festival bat son plein et ce soir, je décide d’aller faire un tour au festival OFF! 

Avant de partir, je fais un stop au bar “Goûts et terroirs” qui me fait de l’oeil depuis le début de la soirée. Je choisis mon absinthe comme une bonne Neuchâteloise du haut. Entre la sauvage, la douce, l’épicée, j’opte pour l’alcoolisée.
D’un coup je me suis sentie vraiment très guillerette. La petite fontaine à eau posée sur le bar me semble absolument charmante et les festivaliers tous d’une beauté à couper le souffle! 

Avec François mon collègue  photographe, nous continuons notre chemin.
Nous entrons dans le caveau de Montmollin. Une sorte de cour intérieure luxuriante nous accueille. Des tournesols, des tomates, des pommes, du jaune, du rose, du vert qui éclatent dans la semi obscurité. C’est un véritable feu d’artifice en forme de jardin. 

Devant nous, à deux pas du public, le groupe “In Trees”offre sa prestation. Au micro, Pauline; sa douceur et sa bonne humeur sont contagieuses. De joyeux souvenirs de l’école font surface. Lorsque je l’entendais chanter pour la première fois, sa voix était si claire que je comprenais malgré notre jeune âge quelques mots en anglais dans une chanson!
La foule frissonne et pourtant il fait très chaud. C’est beau, si beau, cette femme ressemblant à un magnifique rossignol qui porte du rouge à lèvres. C’est un véritable plaisir. 

À la presque fin du concert, je sors et redescends en direction du festival, mon cahier bien calé sous le bras. La rue est silencieuse. Je lève les yeux vers le ciel. J’ai droit à un deuxième spectacle en direct, un zénith, un opéra à ciel ouvert, là entre les nuages, des tonnes d’étoiles qui clignent de l’oeil en riant bien fort de mon air ahuri. J’oublie parfois qu’il est facile de lever son minois pour s’offrir une surprise. Je cherche la plus brillante d’entre elles pour lui confier un voeu. Je suis presque certaine que cette fois il se réalisera. 

La soirée n’est pas encore terminée; je vais chercher les copines pour remonter presque illico voir “la Piratrye” à La Golée. Les artistes transpirent déjà à grosses gouttes, mais cela n’a pas l’air de gêner qui que ce soit! La foule aquatique ondule, ventousée à la scène. Ils sont géniaux! Le public autant que les musiciens d’ailleurs! ça chante dans tous les coins, ça rigole, ça se presse! Personne n’a envie que ça se termine. C’est intime, c’est drôle, les gens font ooooh, les gens font aaaah! On applaudit et puis voilà. 

Photo: François Schaeffer

Texte: Stéphanie